La vie de la maison

… à pleins poumons dans le printemps !

De tout ce qu’on traverse naîtra forcément quelque chose…

De tout ce qu’on traverse naissent déjà pleins de choses.

Aux éditions Parole, on a envie de plaisir, de grands horizons, de découverte, d’idées nouvelles et de partage.

Partager avec vous c’est notre plus grande source de joie et de motivation, partager de nouveaux univers, partager des mots, partager des vies. 

Vous proposer de nouveaux livres, de nouvelles plumes, de nouvelles visions. C’est ainsi que, malgré la crise, nous avons fait le choix de continuer à fabriquer des livres nouveaux, d’inventer de nouvelles façons de se retrouver autours de livres plus anciens, de vous proposer de nouveaux formats.

C’est aussi pour ça que nous lançons en ce moment « Les cahiers de Parole », pas vraiment des livres mais des « cartes blanches » à un auteur, reconnu ou émergent. Des petits cahiers que vous trouverez dans vos librairies au rythme de trois nouveaux titres à chaque trimestre.

C’est enfin pour mieux partager avec vous que nous inaugurons ce nouveau site, lieu de rencontre où vous pourrez mieux connaître autrices et auteurs, suivre la vie de la maison, venir nous rencontrer ou tout simplement… découvrir des livres.


Toute l’équipe des éditions Parole vous souhaite un printemps comme une éclosion de l’esprit.

 

À l'affiche

Les nouveautés

[psfw slug="nouveautes"]

L’actualité

La rencontre du mois

Nancy Houston

Biographie

Nancy-Huston-©-Hélène-Castel

Nancy Louise Huston a six ans quand sa mère les quitte, son père, son frère aîné, sa petite sœur et elle. Sa mère était féministe, enseignante et psychologue5. Elle s’est ensuite remariée et a eu d’autres enfants. « Je ne la voyais que tous les deux ou trois ans, pour quelques jours de vacances », à cause de l’éloignement géographique. D’après le récit autobiographique Nord perdu, après le départ de sa mère, son père obtient la garde des enfants et sa future belle-mère l’amène pendant quelques mois en Allemagne. Quand elle a quinze ans, sa famille s’installe dans le New Hampshire aux États-Unis. Elle fait ensuite ses études universitaires à Victoria en Colombie-Britannique, à Cambridge dans le Massachusetts et à New York.

« J’ai vécu une adolescence assez sombre, et mes débuts dans l’âge adulte ont été compliqués. J’étais anorexique, suicidaire. Je pense que le fait de m’installer à l’étranger a reflété un instinct de survie. » indique-t-elle en 2012. À l’âge de vingt ans, elle arrive à Paris pour poursuivre ses études, puis décide de s’y installer. À l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Roland Barthes, elle travaille à un mémoire sur les jurons, publié en 19805, Dire et interdire6. Elle participe dans le même temps au mouvement des femmes et publie dans des revues et journaux qui y sont liés, notamment Sorcières, Histoires d’Elles et les Cahiers du Grif. Elle reste toujours une militante des droits des femmes notamment dans ses écrits et par de fréquents articles de presse et tribunes7. Elle déclare en 2012 : « J’ai commencé par des poésies à l’âge de dix ans. Puis j’ai vraiment ressenti la magie de l’écriture en rédigeant mes premiers textes pour des revues liées au mouvement des femmes dans les années 1970-1975. »

Sa carrière de romancière débute en 1981 avec Les Variations Goldberg. Douze ans plus tard, avec Cantique des plaines, elle revient pour la première fois à sa langue maternelle et à son pays d’origine. Comme le roman est refusé par les éditeurs anglophones, elle se résigne à le traduire en français et s’aperçoit que la traduction améliore l’original. Depuis, elle utilise cette technique de double écriture pour tous ses romans, se servant exclusivement du français pour ses essais et articles.

Nancy Huston est également musicienne, jouant du piano, de la flûte et du clavecin. La musique est une source d’inspiration pour plusieurs de ses romans, et elle fait souvent des lectures en musique avec des amis chanteurs ou instrumentistes.

En 1979, elle se marie5 avec le sémiologue français d’origine bulgare Tzvetan Todorov, père de ses deux enfants, Léa et Sacha. Leur divorce est prononcé en 20148. Nancy Huston vit ensuite avec le peintre fribourgeois Guy Oberson, leur relation se doublant d’une collaboration artistique.

[psfw slug="nancy-huston"]

La Chronique de Fabienne

Les livres, ces petites choses décidément essentielles !

Beaucoup les lisent, d’autres pas. Certains s’en servent… autrement.

Pour améliorer la circulation du sang dans les jambes… en glissant deux volumes de La Pléiade sous les pieds du lit.

Pour muscler ses biceps… en soulevant, à bout de bras deux tomes de Proust.

Pour apprendre à marcher droit… en posant en équilibre sur sa tête, une pile de Jules Verne.

Pour allumer un feu de cheminée ou pour faire cuire les grillades… en arrachant quelques pages d’une édition de poche d’un Mary Higgins Clark.

Pour caler une table… avec un livre de cuisine. Pour agrémenter la déco du salon… avec quelques ouvrages aux couvertures de cuir brochées d’or. Pour protéger ses valeurs… en creusant une cachette dans un volume de l’encyclopédie…

Qui peut juger de l’importance des livres dans nos vies ?!

Votre ressenti

Hervé Naillon
Hervé NaillonThermodynamique de l’évolution
Read More
Un livre majeur qui introduit une nouvelle approche systémique rapprochant la thermodynamique de la biologie en général et de la sociologie en particulier. Fondamental.
Michel Tailhades
Michel TailhadesL’amer du thé
Read More
Je viens de terminer l’amer du thé de Jean Darot que j’ai rencontré à Toulon lors de la fête du livre. Son livre m’a enchanté, l’écriture est vivante, douce et descriptive, l’histoire d’une vie qui se confond avec l’amour, bravo pour ce livre qui donne l’espoir dans un monde où mensonge et corruption règnent en maître.
Odile Ferru
Odile FerruSur la route de Ten Sleep
Read More
J’ai lu le livre de Patrick Caffarel que j’ai beaucoup aimé. Très bien écrit, ce roman nous plonge dans l’aventure des français fuyant la misère des Alpes du Sud pour tenter leur chance en Amérique et dans la vie des éleveurs du Wyoming au début du 20rme siècle. Bravo à Patrick Caffarel pour son travail de recherche approfondi, pour ses qualités de conteur et pour la qualité de sa plume.
Dominique Chavy
Dominique ChavySi je cessais de vous écrire…
Read More
Le titre m’avait attiré et, surtout ce choix singulier de l’intranquillité. Je n’ai pas eu à patienter les mardi soir pour m’approcher du dénouement. Après des gestes quotidiens de fin de journée bien rodés et une nuit qui tombe vite, je me suis laissé emporter par la magie de l’écriture, le soir venu. Ce livre est dur aussi. La violence des phrases, avec des mots lourds de colère, atteint aussi le lecteur. On se sent ensuite attendri, on espère, on ne sait pas. Une histoire en huit clos qui repose sur un drame, mais on se sent aussi atteint, on se reconnaît dans des attitudes de la vie, on se demande comment on réagirait. Si on pourrait surmonter cela. Et puis on ne veut surtout pas y penser…
Colette
ColetteChaconne
Read More
« Ce livre est un cri, c’est un chant issu du ventre de la terre et porté par le vent. Longue mélopée de la vie, de ses prémices mystérieuses jusqu’à son terme tout aussi mystérieux. Cycle, large boucle d’arabesques, de chutes en renaissances, porté par un destin inexorable. Sensualité sauvage, instinctive des origines, quête infinie du sens de notre présence au monde, pureté de ceux qui savent comme une évidence ce qu’ils ne savent pas. Du début à la fin, c’est le destin qui mène la danse, il est en même temps le chef de chœur et le chorégraphe. Long poème, sans dialogue que la moindre parole éclabousserait. Chant du silence ! »
Previous
Next